Not all those who wander are lost, not everything that is gold glitters

Derniers articles

Portugal – Notre budget pour 12 jours

Portugal – Notre budget pour 12 jours

De l’estimation à la réalité du budget Au cours de ce voyage, j’ai décidé de tenir, avec plus ou moins de rigueur, un carnet de nos dépenses. Très souvent en voyage, je ne note pas mes dépenses et je m’étonne toujours de ce que j’ai […]

Voyage au Portugal – 10 jours de road-trip – itinéraire

Voyage au Portugal – 10 jours de road-trip – itinéraire

Le travel bug, ou le besoin de repartir en voyage Cela fait maintenant 8 mois que je suis rentrée d’un voyage de 8 mois en Nouvelle-Zélande et en Asie (Bali, Thaïlande et Singapour). Depuis que Damien et moi sommes rentrés, nous ne sommes pas vraiment […]

Cyanure – Camilla Läckberg

Cyanure – Camilla Läckberg

Pour commencer cette nouvelle année, ma première lecture a été le roman policier Cyanure, de Camilla Läckberg.

La particularité de ce roman est qu’il est contruit sans chapitres, l’histoire commence page 1 et ne s’arrête qu’à la dernière page, la 157ème.

L’intrigue se déroule sur la petite île de Valö en Suède quelques jours avant Nöel. Le personnage principal, Martin Molin, jeune policier, accompagne sa petite amie Lisette a une réunion de famille qui va vite tourner au cauchemard.

Prologue :

 » Martin Molin accompagne sa petite amie Lisette sur l’île de Valö pour une réunion de famille juste avant Noël. Mais au cours du premier repas, le grand-père, un magnat industriel, meurt étouffé, juste après avoir annoncé à ses enfants qu’il les a déshérités. Martin se rend vite compte qu’il a été assassiné au cyanure. Une tempête de neige fait rage, l’île est isolée du monde et Martin décide de mener l’enquête. Offrant une pause à Erica Falck, Camilla Läckberg tisse un polar familial délicieusement empoisonné. »

 

Mon avis :

Cyanure est le premier roman de Camilla Läckberg que j’ai lu mais j’avais entendu beaucoup de bien de cette auteure. J’avoue avoir été un peu déçue par ce livre. J’aime beaucoup les drames familiaux, les situations en huis-clos mais j’ai trouvé que cela n’avait pas été assez exploité.

J’ai trouvé que les personnages étaient très caricaturaux, entre le grand-père richissime mais qui méprise sa famille, les membres de la famille qui courbent l’échine devant le grand-père en espérant hériter de sa fortune lorsqu’il décèdera, les mères de familles dépressives, les deux fils qui se détestent mais dirigent ensemble l’entreprise familiale… J’ai trouvé qu’il y avait énormément de clichés et que la psychologie des personnages n’était pas très recherchée.

Le personnage principal, Martin Molin, en charge de l’enquête, semble tourner en rond du début à la fin de l’intrigue. Il ne cesse de répéter qu’il aimerait avoir l’avis de son collègue, ses interrogatoires ne sont pas très pertinents, il néglige des détails de l’enquête et il déclare en trois secondes que le grand-père a été assassiné juste en reniflant son verre. J’ai trouvé ça un peu tiré par les cheveux !

J’ai trouvé cela assez étrange que l’ambiance ne semble pas étouffante. La famille Liljecrona se retrouve avec deux cadavres sur les bras lorsque Matt est lui aussi assassiné, le meurtrier est forcément l’un d’entre eux, mais je n’ai pas senti qu’ils se soupçonnaient, que l’ambiance était pesante. Ils restent entre eux à boire du Cognac, soit.

Pour finir, je n’ai vraiment pas aimé le dénouement de l’enquête, je l’ai trouvé exagéré et absurde. Martin piétinne tout le week-end sur son enquête et en cinq minutes il trouve la solution ?!  A mon sens, la fin est de mauvais goût et peu probable.

Cependant, c’est un livre qui se lit facilement, en quelques heures. J’ai apprécié l’aspect météorologique, je pense que si l’auteure n’avait pas développé l’aspect tempête de neige sur une île, loin du continent, j’aurais eu encore plus de mal à rentrer dans l’histoire. Je pense que ce roman peut être agréable pour tous ceux qui ne sont pas forcément fans de polars, mais si vous aimez les polars bien construits, ceux qui arrivent à transmettre l’anxiété et la sensation d’étouffement, alors ce roman vous fera probablement le même effet qu’à moi.

 

Pancakes pépites de chocolat – banane

Pancakes pépites de chocolat – banane

Dans la suite des petits-déjeuners/goûters gourmands, voici une recette de pancakes aux pépites de chocolat et banane. Ils sont excellents quand ils sont encore chauds ! Je les fais souvent réchauffer rapidement au grille-pain avant de les déguster.   Ingrédients pour 8 pancakes : 1 […]

Scones aux pépites de chocolat (option vegan)

Scones aux pépites de chocolat (option vegan)

Depuis quelques temps, j’essaie d’organiser mes repas le plus possible afin de ne pas manger n’importe quoi par flemme. Comme je suis végétarienne et que je consomme très peu de produits d’origine animale, je dois veiller à apporter une autre source de protéine à mon […]

Le livre des Baltimore – Joël Dicker

Le livre des Baltimore – Joël Dicker

Il y a quelques mois, j’ai dévoré le deuxième roman de Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Québert, qui m’avait tenue en haleine et que j’ai franchement adoré. De ce fait, lorsque j’ai trouvé Le livre des Baltimore, je n’ai pas hésité une seule seconde à le lire.

Au-delà du résumé, que vous trouverez facilement sur internet, ce qui m’a vraiment donné envie de me plonger dans ce roman, c’est le prologue :

« Dimanche 24  octobre 2004

Un mois avant le Drame.

Demain, mon cousin Woody entrera en prison. Il y passera les cinq prochaines années de sa vie.

Sur la route qui me mène de l’aéroport de Baltimore à Oak Park, le quartier de son enfance où je vais le rejoindre pour sa dernière journée de liberté, je l’imagine déjà se présentant devant les grilles de l’imposant pénitencier de Cheshire, dans le Connecticut.

Nous passons la journée avec lui, dans la maison de mon oncle Saul, là où nous avons été si heureux. Il y a là Hillel et Alexandra, et ensemble nous reformons, l’espace de quelques heures, le quatuor merveilleux que nous avons été. A ce moment-là, je n’ai aucune idée de l’incidence que va avoir cette journée sur nos vies.

Deux jours plus tard, je reçois un appel de mon oncle Saul.

  • Marcus ? C’est Oncle Saul.
  • Bonjour, Oncle Saul. Comment vas…
  • Marcus, écoute-moi bien : j’ai besoin que tu viennes tout de suite à Baltimore. Sans me poser de question. Il s’est produit un événement grave.

Il raccroche. Je pense d’abord que la ligne a été coupée et je le rappelle aussitôt : il ne répond pas. Comme j’insiste, il finit par décrocher et me dit d’une traite : «  Viens à Baltimore ». Il raccroche de nouveau.

Si vous trouvez ce livre, s’il vous plaît, lisez-le.

Je voudrais que quelqu’un connaisse l’histoire des Goldman-de-Baltimore. »

 

Dans ce drame familial, on retrouve Marcus Goldman, personnage principal de La vérité sur l’affaire Harry Québert. Joël Dicker nous plonge dans le passé de Marcus, qui nous raconte la rivalité au sein d’une même famille, la jalousie qui peut diviser mais aussi l’amour inconditionnel qui peut unir des êtres. Ce roman nous plonge au cœur de l’adolescence de Marcus et de ses cousins, le bonheur des Goldman-de-Baltimore a qui tout semblait réussir jusqu’au Drame. A travers ce livre, on découvre des secrets de famille et des non-dits qui finissent par refaire surface avec le temps.

J’ai beaucoup aimé ce livre et le fil conducteur qui nous mène jusqu’au Drame, élément clé du roman. C’est une belle réflexion sur les apparences qui peuvent être parfois trompeuses et sur les sentiments que l’on peut nourrir vis-à-vis de ses proches mais aussi sur les différences générées par le milieu social duquel on est issu. J’avais adoré La vérité sur l’affaire Harry Québert mais je trouvais certains passages parfois un peu longs, or,  je ne me suis jamais ennuyée au cours de ma lecture du Livre des Baltimore.

 

Si vous avez envie de découvrir La Vérité sur l’affaire Harry Québert sans lire le roman, le podcast est génial aussi et je ne peux que vous le recommander.

 

 

BD – La différence invisible – Julie Dachez et Mademoiselle Caroline

BD – La différence invisible – Julie Dachez et Mademoiselle Caroline

Je lis très peu de BD, à vrai dire, je n’en ai probablement pas lu depuis mon adolescence. Néanmoins, je suis tombée sur cette BD en rangeant des livres à la médiathèque et elle a tout de suite attirée mon attention. La différence invisible, écrite par […]